mardi 28 octobre 2014

Sainte-Unefois - Louise de Vilmorin





Sainte-Unefois est le premier roman de Louise de Vilmorin, publié en 1934 chez Gallimard.

Milrid, en cet instant, la comprit mieux qu'elle-même : il faillit la prendre dans ses bras. Il l'aurait embrassée s'il avait pu croire qu'ils en mourraient tous les deux. Seule la certitude qu'ils continueraient à vivre l'empêcha de le faire

Je n’ai pas terminé ce livre et je ne compte pas le faire. J’étais intéressée par Louise de Vilmorin, qui a été la compagne, entre autres de Malraux. J’ai donc choisi ce roman paru en folio 2 euros et je suis contente de ne pas avoir payé plus cher.

Je me suis arrêtée à la moitié environ du roman parce que je ne comprends absolument pas ce qu’il se passe. J’ai bien repéré les trois personnages principaux, mais sorti de ça, ce n’est qu’une mosaïque d’apparitions loufoques, de dialogues sans queue ni tête et de phrases qui n’ont pas de liens les unes avec les autres.

Je comprends qu’on puisse aimer le surréalisme en art ou même en film, car ce sont des médias qui laissent les spectateurs passifs en quelques sortes, libre d’imaginer ce qu’ils veulent ou de passer à autre choses. Je ne le conçois pas en littérature ou les gens sont actifs. Si au bout de 50 pages je ne comprends toujours rien, je ne prends pas de plaisir à lire. Les quelques petites phrases poétiques et évocatrices du roman ne suffisent pas à justifier, pour moi, de le lire jusqu’à la fin.

Puisque je n'ai pas terminé le livre je ne lui mettrai pas de note. Si quelqu'un l'a lu et peut éclairer ma lanterne, je suis preneuse!


Aucun commentaire:

Publier un commentaire